Maïna

Flûtes à eau et voix: Odile Barlier
Funambules: Tabea Tysowski

Tout public

Cette proposition artistique s'adapte aux divers paysages. Selon la caractéristique du lieu, les deux
artistes composent leur duo dans l'espace visuel et sonore.
Le public est invité à entrer dans l'univers des artistes, par le partage et la manipulation de l’eau :
il est accueilli par la danseuse qui porte des récipients remplis d’eau. Elle est rejointe par la
musicienne et toutes les deux nous racontent la force et la préciosité de l’eau.
La balade des chercheuses d’eau commence, en liens avec l’eau versée, transportée, partagée, bue,
mais aussi perdue.
Le public est guidé, emporté, jusqu’au plan final, où un fil de funambule est tendu d'une berge à
l'autre du cours d’eau. C’est alors que commence la traversée de la funambule au son des flûtes à eau,
tambours d'eau et voix.
Les artistes apportent une attention particulière à la valorisation du biotope par la création de
décor, et par une mise en poésie de leur espace scénique, afin de sensibiliser le public à la beauté et
à la richesse de son environnement naturel.
Les femmes portent l’eau en elles. Nous tous humain sommes constitués en majeur partie d’eau, et
notre survie en dépends.
Tout au long de cette traversée les deux artistes amènent le public à partager leur amour de l’eau.

 

A l’écoute de l'eau et ses mystères,

cette proposition artistique s'adapte au divers paysage.

Selon la caractéristique du lieu, les deux artistes composent leur duo dans l'espace visuel et sonore.

INSPIRATION

Un cygne avance sur l'eau
Tout entouré de lui-même,
Comme un glissant tableau 
Ainsi à certains instants
Un être que l'on aime
Est tout un espace mouvant.

Il se rapproche, doublé,Comme ce cygne qui nage,Sur notre âme troublée...Qui à cet être ajoute la tremblante image de bonheur et de doute

Rainer Maria Rilke, Vergers : Un cygne avance sur l'eau